You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Interview: Broadway & Sons

broadway-and-sons-hero

Pour le lancement de The Hiking Boot, nous avons collaboré avec les frères de Broadway & Sons : Nathaniel et Noam Asseraf. Nathaniel est un visage familier pour ceux d'entre vous qui suivent MORJAS depuis un certain temps. Bien qu'ayant travaillé à plusieurs reprises, Nathaniel est resté assez incognito pour beaucoup. Qui est cet homme qui apparaît de temps à autre dans le monde de MORJAS ? Quelle est son histoire ?

Ma relation avec Nathaniel a commencé peu après la fondation de MORJAS en 2017. Mon collègue Marcus et moi étions à la recherche d’une personne avec un X-factor pour notre première séance photo. Nathaniel, qui travaillait à Paris à l’époque, a attiré notre attention que nous ne pouvions pas lâcher. Finalement, nous avons réussi à nous retrouver à Almansa (Espagne) au cours du printemps 2017 pour tourner notre première campagne ensemble.

Je ne connaissais pas grand-chose de cet homme. La seule chose que je savais, c’est que son style me plaisait et que nous voulions l’associer à MORJAS. À l’époque, nous visitions notre atelier à Almansa, où nous fabriquons nos chaussures. L’idée était de combiner le voyage avec des visites de production et la séance photo. Nous avons utilisé Almansa comme base et nous avons pris des photos pendant les journées, puis nous avons passé du temps avec Angel, notre chef de production, l’après-midi et le soir. Comme Nathaniel vient d’une famille qui travaille dans le secteur de l’habillement et de la production, les conversations ont commencé dès le début.

Nathaniel était extrêmement curieux d’en savoir plus sur la production artisanale. Comment chaque chaussure est construite à partir de la base. Comment le flux de production est conçu. Quel est le rôle de chaque étape dans le processus de création d’une paire de chaussures faites à la main.

Il a absorbé comme une éponge et a appris comment tout fonctionne. Comprendre le processus complexe et détaillé qui sous-tend la production de chaussures de qualité prend souvent un certain temps. C’est compliqué. On peut dire dès le départ que Nathaniel comprends très vite.

C’est le genre de personne qui est soit très curieuse, soit totalement désintéressée.

Nous avons passé 3 jours ensemble à discuter de business, de production, de musique, de vie, tout en tournant la toute première campagne sérieuse de MORJAS. Depuis lors, nous sommes restés proches. Notre relation s’est transformée en une relation de confiance, d’ambitions partagées et d’amitié très appréciée.

Pour le lancement de notre Hiking Boot, je me suis tourné vers Nathaniel et son frère Noam. Nathaniel a été impliqué tout au long du processus, de l’idée à la réalisation, et a vu les échantillons évoluer en cours de route : en total un peu plus que 14 mois. Nous avons tous les deux pensé que la botte de randonnée nous ramenait à l’époque des Timberland des années 90. Nous voulions incorporer un peu de cette nostalgie, ajouter notre épice de luxe alpestre et construire à partir de là avec Nathaniel et Noam.

Avec notre ami, photographe et amoureux de John-Mayer, Abraham Engelmark, nous nous sommes rendus à Göteborg pour concrétiser notre vision.

Mais cette fois, il était temps de . Qui est Nathaniel ? Quelle est l’histoire de l’entreprise familiale Broadway & Sons ? Comment a-t-il lancé sa propre marque Casatlantic ? Quelles sont ses origines?

Nathaniel dans les coulisses de la séance photo à Göteborg, octobre 2021.

Entre la recherche de vestes militaires de la Seconde Guerre mondiale dans l’entrepôt de Broadway et la promenade de son chien afghan Willy, nous nous sommes assis pour avoir une conversation plus structurée afin de partager cette histoire avec le reste du monde. Ce qui devait être une conversation de 20 minutes s’est transformé en un tête-à-tête de deux heures.

Henrik Berg (HB) : OK mon frère. Je sais que cela peut sembler bizarre mais il est temps de parler un peu plus de toi, toi et ta famille, même si je connais une grande partie de l’histoire. Mais je sais que notre communauté est très curieuse d’en savoir plus sur toi. Cool ?

Nathaniel Asseraf (NA)
Allez-y.

HB :
Nom complet ?

NA :
Nathaniel Asseraf.

HB :
Second prénom ?

NA :
Pas de deuxième prénom.

HB :
Huh.

NA :
Rien de plus nécessaire.

HB :
L’âge ?

NA :
28.

HB :
Origines ?

NA :
50% marocaine. 50% Belge.

HB :
Où as-tu grandi ?

NA :
Göteborg, en Suède.

Je sais ce que vous pensez. Un gars maroco-belge vivant en Suède. Nous allons y venir.

HB :
Qu’est-ce que tu prends au petit déjeuner ?

NA :
Quand j’ai le temps, un toast à la pâte aigre avec de l’avocat écrasé, du yaourt et du granola.

HB :
Quel est ton café préféré ?

NA :
Je ne bois pas beaucoup de café. Je préfère le jus d’orange fraîchement pressé.

HB :
Boisson préférée ?

NA :
Un Moscow Mule.

HB :
Vraiment ? Je ne le savais pas. C’est nouveau.

NA :
Nous buvons surtout de la bière ou du vin quand nous sommes ensemble, donc nous n’en avons jamais parlé, mais oui, le Moscow Mule est le meilleur.

HB :
Guilty pleasure ?

NA :
Marabou Orange Crocant.

HB :
Un film qui tient à cœur ?

NA :
Donnie Brasco.

HB :
Une chanson coup de cœur ?

NA :
Soon I’ll be loving you again – Marvin Gaye.

 

Nathaniel et Noam devant le magasin Broadway & Sons avec Willy : le chien afghan de Nathaniel.

HB :
Merci. Donc tu fais partie de la famille qui dirige Broadway & Sons : Un célèbre magasin de vêtements vintage et militaires à Göteborg. Raconte-moi un peu plus de ta famille. Commençons par tes parents puisque tu as un mélange assez éclectique en toi.

NA :
Ma mère, Christine, est née dans une ville du nord-est de la Belgique, sur la côte, appelée Knokke.

Mon père, David, est né à Casablanca, au Maroc, et a déménagé à Paris en 1962 avec toute sa famille. Puis il a déménagé en Suède à l’âge de 15 ans.

HB : Et vous vivez tous maintenant en Suède. C’est intéressant.

NA : Haha oui. J’ai deux frères et sœurs : mon petit frère Noam et ma petite sœur Audrey. Nous avons tous grandi en Suède et mes parents vivent ici depuis les années 80 tandis que mon père vit ici depuis 1969.

HB : Comment ton père s’est-il retrouvé en Suède ?

NA : L’amour. C’était de l’amour. Il a rencontré une fille.

HB : Classique.

NA : Mon père aime la vie et saisit les opportunités quand il les voit. Il a déménagé de Casablanca à Paris et a rencontré une Suédoise (ce n’est pas ma mère) et a fait ce que n’importe quel gars de son âge aurait fait : explorer le monde et la rejoindre en Suède.

HB : Mais il est resté en Suède bien que l’amour ne restait pas ?

NA : Oui. Il a commencé à travailler un peu ici et là. Tu sais, les choses ordinaires que l’on fait pour se déplacer quand on est enfant. Quelques travaux par-ci, quelques travaux par-là.

HB : Alors on a fait le tri. Ton père est en Suède. Comment ta mère, qui vient de Belgique, est-elle entrée dans le jeu ?

NA : Pour comprendre cela, il faut d’abord connaître l’histoire de la création de Broadway.

HB : Je pense que nous voulons tous savoir.

NA : OK, écoutez. Vous avez donc ce gamin, mon père, qui vient d’avoir 18 ans et qui vit à Göteborg. Il a toujours eu le sens et l’appétit de créer son propre savoir-faire si vous voulez. Son propre genre d’être. Son propre style. De temps en temps, il retournait voir sa famille et ses amis à Paris. Beaucoup de ses amis d’enfance avaient à l’époque commencé à travailler dans le domaine de l’habillement, notamment dans le quartier du Sentier à Paris. Au cours de ces visites, il a trouvé ici et là des pièces uniques qu’il a évidemment commencé à utiliser. Lorsqu’il est rentré en Suède, ses amis et les gens qu’il a rencontrés ont commencé à lui poser des questions sur les vêtements qu’il portait. Encore une fois, c’est un gars qui se démarque. Et la Suède à l’époque, avec tout le respect que je vous dois, c’était beaucoup H&M et Gul & Blå. Des marques qui avaient toutes leur charme mais qui étaient peut-être un peu les mêmes. Il n’y avait pas beaucoup de mélange.

Alors quand mon père est revenu en ajoutant un peu de piment, les gens ont commencé à en avoir envie. Et c’est comme ça que tout a commencé. L’opportunité s’est présentée à lui, il l’a saisie, et en a fait son métier. Et c’était juste à l’époque du flower power, vous savez, quand les jeans avec des tresses, les jeans avec des patchs, les jeans peints et toutes ces sortes de créations vestimentaires ont commencé à faire fureur. Et mon père vivait et respirait cela.

HB : Je comprends et je vois. Un beau garçon avec un style qui se démarque. Naturellement, les Suédois voulaient un peu de cela. Mais comment ton père a-t-il apporté cela sur le marché ? Comment a-t-il mis la main sur des vêtements et commencé à vendre ?

NA : Il a littéralement loué un camion et s’est rendu chez ses amis à Paris pour se procurer des vêtements qu’il a ensuite rapportés en Suède.

HB : Bien sûr qu’il l’a fait.

NA : Et à cette époque, dans les années 70-80, il n’y avait pas de production de masse. Donc les choses qui étaient plus uniques et les articles qui faisaient le buzz étaient simplement plus difficiles à obtenir. Il s’est donc approvisionné en articles d’occasion de la « mode » des années 70, si tu veux. Et puis il a ouvert le magasin à Göteborg, appelé Broadway.

HB : Et  » & Sons  » a été ajouté au nom (Broadway & Sons) lorsque vous êtes né ?

NA : C’est exact.

HB : Donc Broadway a été officiellement créé en 1982 mais ton père avait commencé à vendre un peu ici et là quelques années auparavant ?

NA : C’est exact.

HB : Maintenant nous connaissons la fondation. Comment ta mère est-elle entrée en scène ?

NA : Mon père était en vacances à Agadir, au Maroc. Ma mère était là au même moment avec sa famille et sa sœur jumelle. C’est là qu’ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux.

HB : C’est toute une histoire. Il est né à Casablanca, a déménagé à Paris, a déménagé à Göteborg, est revenu visiter le Maroc et a rencontré l’amour de sa vie.

NA : Ça me donne la chair de poule.

HB : Et puis ta mère a décidé de venir avec ton père en Suède ?

NA : C’est ça.

HB : Et c’était quand. 1980s ?

NA : Au milieu des années 80, oui.

HB : Donc quelques années après que ton père se soit mis au travail pour ouvrir Broadway ?

NA : Exactement.

HB : Ce qui signifie que ta mère a rejoint ton père en Suède alors que l’affaire battait son plein ?

NA : Oui. À l’époque, mon père avait commencé à entrer en contact avec des entreprises en Suède qui vendaient des « dead stocks ». Par leur intermédiaire, il se procurait des articles auprès de l’armée suédoise et les revendait ensuite à son frère à Paris qui les revendait à son tour.

Les choses ont commencé à s’intensifier et il s’intéressait de plus en plus aux surplus vintage et militaires. Ma mère est donc entrée dans la vie de l’entreprise à un moment très opportun. Juste au moment où les fondations ont commencé à s’installer, mais avant que les choses ne décollent. Les deux ont commencé une vie ensemble et l’ont consacrée à eux-mêmes, à la famille et à l’entreprise.

HB : Je sais par expérience que tu es un homme à tout faire au début d’une entreprise, mais quel rôle ta mère a-t-elle joué ?

NA : Elle a apporté la structure et l’ordre. Elle a commencé à structurer les opérations et s’est occupée des livres.

HB : Je peux imaginer que le mot s’est répandu comme une traînée de poudre. Vous avez ici le marché de l’habillement qui était assez… terne. Et voilà qu’arrive ton père qui avait commencé à se faire une certaine réputation en apportant quelque chose de nouveau. Lorsque la rumeur s’est répandue que ce type était unique dans le domaine des vêtements militaires, vos parents ont dû avoir les mains pleines.

NA : C’est exactement ce qui s’est passé. Et en plus des vêtements militaires, nous avions des marques très recherchées par les gens, comme Schott, Chevignon, Avirex, etc. Mon père a alors lentement mais sûrement décidé de se concentrer un peu plus sur les stocks militaires morts de l’armée et les articles vintage. La plupart du temps fabriqués en Amérique. Il faisait régulièrement des allers-retours aux Etats-Unis.

HB : Pourquoi les États-Unis ?

NA : Les États-Unis ont toujours été plus ludiques dans leur façon de concevoir les vêtements et les uniformes, ce qui a créé le sentiment que l’on a du vintage américain aujourd’hui. Vous savez, le patriotisme des États-Unis ressortait et cela plaisait aux gens. Peu importe que vous travailliez pour une entreprise de camionnage ou que vous soyez dans l’armée, les articles que vous portiez avaient tous un fier écusson cousu dessus. Et ça avait de l’allure (et ça en a toujours). La fierté de montrer quelle école vous avez fréquentée. Pour quelle entreprise vous avez travaillé. La branche militaire dans laquelle vous avez servi. Ce genre de choses se distinguait vraiment du reste du monde et plaisait aux gens. En combinaison avec le niveau de qualité qui était d’un autre ordre, mon père s’est davantage concentré sur l’Amérique. Ce qui est toujours le cas aujourd’hui.

HB : Et comment vous procurez-vous les produits que vous vendez à Broadway ?

NA : A ce stade, nous connaissons toutes les personnes dans le monde qui ont quelque chose de valeur dans leur collection. Ce sont des relations qui ont été construites au cours des 40 dernières années. Un contact a mené à un autre et ainsi de suite.

HB : Vous avez donc des contacts vers lesquels vous vous tournez ?

NA : Oui, et nous sommes attentifs à ce que les clients recherchent et nous essayons de répondre rapidement à leurs besoins. À un moment donné, l’impulsion peut porter sur les 501 vintage. A un moment donné, il s’agit de pulls d’université. Une autre fois, il s’agit de vestes militaires. Ensuite, nous prenons l’avion et rendons visite à nos contacts, de Paris aux Etats-Unis, et nous ramenons ces articles en Suède, pour ensuite servir le monde entier avec notre e-commerce.

HB : Tu as deux frères et sœurs et puis nous vous avons vous. Vous avez tous grandi avec l’entreprise. Quels rôles as-tu joués dans l’entreprise familiale ?

NA : Naturellement, nous sommes tous impliqués, mais ma sœur Audrey a pris un chemin différent. C’est une universitaire. Bien sûr, elle est au courant de ce qui se passe régulièrement, mais c’est plutôt mon frère et moi qui sommes impliqués dans l’entreprise.

Ma mère s’occupe de l’économie.

J’ai beaucoup insisté pour que Broadway devienne une marque plus accessible, en donnant vie à notre site web, en étant plus présent sur les médias sociaux et en proposant une collection plus soignée.

Mon frère, Noam, a commencé à travailler dans le magasin tous les jours après l’école quand il avait 13 ans. Il a maintenant 19 ans et travaille dans le magasin à plein temps. Il a un excellent instinct sur ce qui est populaire au coin de la rue et s’adresse vraiment à un nouveau public avec, par exemple, l’engouement pour la culture du basket.

Mon père continue à travailler avec un peu de tout, mais il apporte surtout le réseau et l’approvisionnement à la table.
En fin de compte, nous travaillons tous au-delà des frontières et nous sommes vraiment synchronisés.

HB : Comment le fait de grandir avec l’entreprise a-t-il façonné ta vie personnelle ?

NA : Nous avons grandi avec des leçons d’histoire. Certaines personnes apprennent l’histoire dans les livres. J’ai appris l’histoire à travers des objets, qu’il s’agisse de vêtements, de bijoux ou de voitures. Cela a élargi ma vision du monde et m’a rendu profondément curieux de savoir comment tout est lié.

HB : Ton intérêt va au-delà des vêtements vintage. Tu t’intéresses à toutes les choses anciennes et belles. Les voitures, les montres, les meubles, la musique. Tes parents t’ont-ils appris cela directement ou as-tu exploré tout cela toi-même ?

NA : Mes parents m’ont donné la curiosité, ce dont je leur suis profondément reconnaissant. La curiosité d’explorer par moi-même. Mais bien sûr, j’ai été exposé à toutes les choses que vous avez mentionnées et j’ai reçu une éducation informelle qui m’a permis de développer mes propres goûts et intérêts.

HB : À quelqu’un qui veut en savoir plus et devenir compétent dans le domaine du vintage, par quoi recommandes-tu de commencer ?

NA : Commencez par ce que vous aimez. Ne cherchez rien d’autre que cela. Achetez ce que vous aimez, puis explorez cet article spécifique plus avant. Peut-être que la même paire de jeans que vous aimez a été produite avec une jambe droite ? Peut-être que ce modèle a été produit avec une couleur de fil différente ? Peut-être que ce modèle a été produit avec une couture selvedge ? Alors la rareté et le caractère unique suivront et votre appétit d’en savoir plus suivra. Considérez le monde du vintage comme un arbre. Vous commencez au sommet avec quelque chose qui vous plaît et vous construisez à partir de là.

HB : Nous savons maintenant que tu as un grand intérêt pour les vêtements mais tu as aussi une impressionnante collection de voitures. Lesquelles as-tu en ce moment ?

NA :
J’ai une Volkswagen Beetle 1302 LS verte décapotable de 1972.

Une Mercedes-Benz 450 SL décapotable de 1973.

Une Jeep Willys MB de 1943 que j’ai achetée lors d’un été où j’ai visité la France. Je cherchais cette voiture depuis longtemps et en parcourant la version française de Craig’s list, j’en ai finalement trouvé une. L’homme qui me l’a vendue était très sentimental, mais sa femme a fini par dire « c’est moi ou la voiture », ce qui a scellé l’affaire.

Puis, plus récemment, j’ai acheté une Porsche 911 décapotable de 1984a en or métallisé.

Enfin, j’ai aussi une moto. Une Honda CB500 de 1978 en noir.

HB : Les gens qui lisent ceci pourraient penser que tu es assez riche et je sais que ta façon de vivre et de collectionner va au-delà de ça.

NA : Mon père est venu en Suède avec 50 Francs. C’est environ 50-60 euros en valeur d’aujourd’hui. Il a travaillé, travaillé et travaillé. Quand il a gagné de l’argent, il a acheté quelque chose. Cela pouvait être une voiture, une montre ou tout ce qui lui plaisait. La valeur de cet objet a ensuite augmenté pendant qu’il continuait à travailler. Puis il vendait quelque chose, achetait quelque chose de nouveau et augmentait constamment sa collection. C’est la même chose que d’investir dans des actions. Je ne suis pas très doué pour cela et je préfère investir dans des choses que je peux apprécier tout en les regardant évoluer en valeur. C’est un bon modèle, non ? Profiter de ses investissements tout en les laissant se développer. Ensuite, vous pouvez les vendre et les transmettre.

HB : Je pense que c’est une philosophie qui plaît à beaucoup.

NA : Pourtant, peu de gens le font, n’est-ce pas ?

HB : Je suppose que non. Il faut cependant avoir de la curiosité et une certaine connaissance si l’on veut voir les choses prendre de la valeur.

NA : Tout à fait.

HB : Le dénominateur commun est que vous aimez les vieilles choses. Je sais que tu portes aujourd’hui une montre très spéciale et très proche de ton cœur. Qu’est-ce que tu as au poignet ?

NA : En matière de montres, je suis surtout attiré par ce qui est rare. J’étais à la recherche d’une montre de plongée Le Forban Securité-Mer destinée à la marine et aux garde-côtes français à la fin des années 1960 et dans les années 1970. Je n’arrivais pas à la trouver. J’ai cherché, cherché et cherché encore.

Et pour mon anniversaire cette année, mon meilleur ami m’a fait la surprise de me l’offrir. J’étais époustouflé.
C’est une montre qui signifie beaucoup pour moi et qui possède une grande valeur sentimentale.

A Le Forban Securité-Mer que Nathaniel a reçu comme cadeau d’anniversaire.

HB : Et le reste de votre collection de montres ?

NA :

J’ai une Patek Philippe Ellipse ref. 3931 des années 1980 en acier inoxydable et bracelet en alligator noir.

Une montre de plongée Zodiac Super Sea Wolf réf. 722.936 des années 1970.

Une Omega Speedmaster Golf avec un cadran vert de course.

Une Rolex Submariner 1680

Une Panerai ref. PAM141 avec un cadran noir et un bracelet en cuir noir.

Et puis le Forban comme mentionné.

En ce qui concerne les montres, je voulais m’entretenir un peu plus avec Noam, qui fait passer les choses au niveau supérieur en ce qui concerne l’intérêt pour cela.

Noam dans la boutique de Broadway & Sons.

HB : Tu es quelques années plus jeune que ton frère. Quels rôles as-tu pris dans la famille ?

Noam Asseraf (NoA) :

Nathaniel a toujours été le grand frère. Celui que j’ai admiré. Il était toujours le premier pour tout. Il avait de bons amis que je trouvais cool. Vous savez, très classique à cet égard.

Il est vraiment passé à la vitesse supérieure avec Broadway. Après avoir terminé le lycée, il a commencé à structurer le magasin qui avait bien besoin d’une mise à jour. Il a mis à jour l’assortiment, changé la structure et a vraiment fait un lifting général de tout le magasin. C’est comme si une brise fraîche avait soufflé dans le magasin. Parallèlement à cela, il a mis Broadway en ligne et a développé la boutique en ligne tout en développant le contenu, les médias sociaux, etc. Il mérite vraiment beaucoup de crédit pour cela.

J’ai commencé à travailler dans le magasin à l’âge de 13 ans. Tous les jours après l’école, je me rendais au magasin et cela venait en fait du fait que je voulais attendre la fermeture du magasin pour que ma mère me ramène à la maison, car le train mettait une éternité à arriver. Nous avons un distributeur automatique de Coca-Cola vintage dans le magasin, que j’utilisais pour vendre du Coca-Cola aux enfants. C’était un bon début.

Et vous savez, les choses ont évolué. J’ai commencé à travailler de plus en plus et maintenant je viens de terminer le lycée et je travaille à plein temps dans le magasin, ce qui est une transition parfaite puisque Nathaniel travaille beaucoup avec Casatlantic, même s’il travaille encore beaucoup avec Broadway.

Nathaniel & Noam dans leur boutique Broadway.

HB : Tu es très humble. Je sais que vous apportez aussi beaucoup de perspectives.

NoA : Je pense que j’attire un public plus jeune et que je parle le même langage que les jeunes. Il y a eu une grande vague de culture basket et de tout ce qui concerne Nike. C’est quelque chose que j’ai apporté dans le magasin et que j’ai vraiment donné aux clients. Ensuite, j’ai essayé d’élargir le point de vue des enfants et de leur montrer qu’on peut vraiment porter une paire d’Air Jordan avec une veste militaire. Et ce genre de style s’est développé comme je le vois, ce qui a ensuite gagné notre business dans une large mesure.

HB : Et tu peux certainement le dire quand tu es dans le magasin. Il y a des clients de tous les âges, de 15 à 50 ans.

NoA : Exactement et c’est ce qui est si bien avec la constellation familiale. Je peux parler aux plus jeunes et c’est parfait pour Nathaniel de parler aux plus âgés. C’est un bon équilibre, vous savez.

HB : Je sais que tu es à fond dans les montres.

NoA : C’est un terrier très excitant.

HB : Comment ton intérêt a-t-il commencé ?

NoA : Je me souviens être allé avec mon père au coffre de la banque. Il m’a montré une « Tudor Big Block » que Rolex produisait à l’époque. Début des années 90. Quand j’ai vu ça, l’univers s’est ouvert. J’ai été époustouflé et ma curiosité a été allumée. A partir de là, j’ai commencé à acheter des livres. À souhaiter des livres pour Noël. J’ai commencé à suivre et à couvrir les ventes aux enchères. J’ai commencé à faire des recherches en ligne. Et ainsi de suite. C’était il y a environ 7 ans.

HB : Et quelle est la première montre que tu t’es achetée ?

NoA : Une Rolex GMT toute neuve, achetée chez un revendeur agréé. Un grand merci à mon père qui avait des contacts dans ce milieu. Ils l’ont appelé et lui ont dit qu’ils l’avaient reçue. J’ai eu environ 60-70% de l’argent et mon père a apporté le reste. Ensuite, j’ai travaillé sur l’argent que j’avais prêté petit à petit. Je n’ai pas utilisé la montre une seule fois jusqu’à ce que ma dette soit réglée. Et le plus drôle ? Au moment où j’ai remboursé le dernier centime, je l’ai vendue.

HB : Quoi ?

NoA : Elle avait pris beaucoup de valeur et j’avais les yeux rivés sur une autre beauté que je voulais.

HB : Laquelle ?

NoA : Une Rolex Submariner « The Hulk ». Et puis j’ai construit à partir de là. J’ai commencé à penser que The Hulk était un peu trop ordinaire et j’ai été attiré par des montres plus anciennes qui présentaient un degré de rareté plus élevé. J’ai donc acheté une Rolex Submariner 1680 de 1978.

HB : Et quelles sont celles que tu as dans votre collection aujourd’hui ?

NoA : La 1680 Submariner, une Panerai et une montre en plastique de Swatch. Elle garde mieux l’heure que toutes les Rolex que j’ai eues et c’est uniquement parce qu’elle fonctionne sur pile.

HB : La montre de tes rêves ?

NoA : J’en ai deux. Une Rolex Albino 6265. Et une Rolex Double Red Sea Dweller Mark II.

HB : La plus belle montre que tu as vue en direct ?

NoA : 6241 Paul Newman que mon père portait lors d’un mariage à Paris.

HB : Tu es aussi une passionnée de bijoux et tu portes souvent le cintre turquoise. Quelle est l’histoire ?

NoA : 1987 : deux frères mexicains se tiennent à l’extérieur de NK (grand magasin en Suède). Ils s’appellent les frères Chevez. Ils fabriquent leurs propres bijoux et les vendent aux clients. Mon père commence à parler avec eux et apprend qu’ils paient un loyer ridicule à NK. Il leur propose donc de se tenir devant le magasin Broadway et de faire la même chose mais sans loyer. Ce qu’ils ont fait pendant environ 4 mois. Pour les remercier, ils ont laissé papa dessiner quelques pièces, dont le cintre turquoise que je porte très souvent. Il est très proche de mon cœur.

Le cintre turquoise de Noam, fabriqué par « The Chevez Brothers » dans les années 1980.

On continue avec Nathaniel

HB : Tu as lancé ta propre marque, Casatlantic, l’été dernier. Qu’est-ce qui t’a poussé à le faire ?

NA : En grandissant et en mûrissant, j’ai eu de plus en plus envie d’en savoir plus sur mes racines. J’ai toujours été très proche de mon grand-père et j’ai été inspiré par le fait que peu importe s’il est « vieux », il porte une paire de converse avec un pantalon camouflage et une chemise oversize.

Au fur et à mesure que ma curiosité pour en savoir plus sur nos origines grandissait, il me montrait de plus en plus de photos de la façon dont lui et ses amis s’habillaient lorsqu’ils étaient jeunes. Des vêtements militaires avec des retouches faites par des tailleurs locaux, si vous voulez. Des pantalons parfaitement ajustés avec une chemise de l’armée.

J’ai été profondément ému et inspiré par ce style et j’ai voulu lui donner vie car il était difficile de trouver quelque chose de similaire sur le marché. Et c’est à partir de là que j’ai construit les fondations de Casatlantic.

HB : Tu es incroyablement créatif et je sais que tu trouves toujours de nouvelles inspirations sous tous les angles de la vie, mais y a-t-il un noyau et un fil rouge auxquels tu reviens toujours pour développer ta marque ?

NA : C’est vrai. Je m’inspire de tout et je m’inspire de tout. Mais une chose à laquelle je reviens toujours est mon grand-père. Lui, son style et ses origines sont un très bon filtre.

HB : J’ai la chance de suivre et de tester tes pantalons en permanence et ce qui m’a frappé, c’est l’étendue de tes connaissances en matière de création de motifs, de tissus et d’expertise générale en matière de vêtements. Comment as-tu appris tout cela ?

NA : Non, pas vraiment, pour être honnête. J’avais une vision de ce à quoi je voulais que mes pièces ressemblent et j’ai montré aux artisans de Casablanca exactement comment je voulais qu’elles soient. Puis j’ai construit à partir de là et j’ai fait équipe avec un modéliste qui est un vrai maître.

HB : Tu as maintenant 28 ans. Comment décrirais-tu Nathaniel dans les années suivantes de ta vie. Dans quelle phase étais-tu et sur quoi t’es-tu principalement concentré ?

5-10 ans
10-15
15-20
20-25
25-30

NA : Question intéressante.

5-10 : Très heureux. Je suis partout. Beaucoup d’énergie.
10-15 : Puberté. Remet tout en question. Insécurité. La recherche de soi.
15-20 : L’école. Très rebelle. Un peu anti envers tout.
20-25 : Très curieux. Curieux d’explorer. Curieux de travailler. D’acquérir de l’expérience.
25-30 : Utiliser l’expérience acquise au cours des années précédentes et exécuter quelque chose qui peut devenir quelque chose de grand.

HB : Tu es définitivement dans la phase d’exécution.

NA : Voyons voir. C’est ce qu’on va voir.

Après une longue conversation, je réfléchis à l’énergie que Nathaniel apporte toujours aux conversations. Il est une pure curiosité. De la passion à l’état pur. De l’excitation pure. Et ce n’est pas étonnant qu’il boive rarement du café. La vie et ses joyaux cachés sont ce qui apporte à cet homme son énergie.